LES « CLAQUAGES » DE LA CUISSE

 le 13

Lors d’une accélération ou d’une frappe : «­ crac­ », vous ressentez une violente douleur dans la cuisse. Vous stoppez votre action, parfois même vous quittez le terrain en boitant. C’est probablement un « ­claquage »… ou une « ­élongation »… ou peut-être un arrachement osseux ! SantéSportMagazine vous explique votre blessure et son traitement !

Par le docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport.

 

Que s’est-il passé ?

La frappe illustre parfaitement les contraintes musculaires imposées à la cuisse lors de la pratique du  football. Enfin de geste, le genou s’étend puissamment et la hanche se plie. Lorsque la jambe monte vers le thorax, le mouvement de ces deux articulations s’associe pour tirer fortement sur le muscle situé à l’arrière de la cuisse. Simultanément, il doit se contracter car il est chargé de freiner le mouvement. Il protège le genou d’un excès d’extension et contrôle la qualité technique du geste. Regardez bien sur le dessin ci-dessous : le tibia situé sous le genou étire ce muscle. Il tracte sur le sac fibreux qui l’entoure. Pour ajuster le tir, les fibres musculaires se contractent et tirent sur cette enveloppe en sens inverse ! Parfois, les points de jonction entre les fibres et la membrane musculaire peuvent céder : c’est la lésion musculaire.

SanteSportMagazine 22 - les claquages de la cuisse - C29_D1

Un « claquage », c’est quoi ?

En fait, la blessure est plus ou moins grave selon l’ampleur des dégâts au sein du muscle. En cas de contracture, on ne retrouve pas encore de lésion dans le tissu. À la suite d’un épuisement local, quelques fibres musculaires se bloquent, elles ne parviennent plus à se décontracter. Vous connaissez ce phénomène : dans votre polar préféré, c’est le corps entier du cadavre qui se rigidifie par manque d’énergie.

SanteSportMagazine 22 - les claquages de la cuisse - C29_D2

Lorsque quelques fibres musculaires sont déchirées au contact du sac fibreux, on parle d’ « élongation ».

SanteSportMagazine 22 - les claquages de la cuisse - C29_D3

Parfois, cette enveloppe musculaire, appelée « aponévrose », est distendue. Il s’agit d’un « claquage ».

SanteSportMagazine 22 - les claquages de la cuisse - C29_D4

Lorsque le traumatisme est plus violent, la membrane peut s’ouvrir, c’est la « déchirure ».

SanteSportMagazine 22 - les claquages de la cuisse - C29_D5

Enfin, la totalité du sac est déchiquetée, tout autour du muscle : vous êtes victime d’une « rupture ».

Comment reconnaître une lésion grave ?

L’enveloppe contient tous les vaisseaux sanguins qui nourrissent le muscle. Lorsqu’elle est rompue, du sang se répand dans le muscle. Il sépare les fragments musculaires et ne favorise pas la réparation de la lésion.

Tous les signes évocateurs d’une déchirure de la membrane et d’un saignement sont des éléments de gravité.

  • Une douleur violente, survenant brutalement, sur un geste unique.
  • Un craquement ou une sensation de déchirure.
  • Une impossibilité à poursuivre le sport…
  • Un gonflement de la cuisse suivi éventuellement d’une traînée bleue sous la peau. Cette ecchymose caractérise l’écoulement du sang.

Que faire, en urgence, sur le terrain ?

Dans ces circonstances, sortez du terrain. Entourez la cuisse avec une bande. Partez du dessus du genou et remontez. Serrez un peu en bas puis de moins en moins. Le serrage diminue le saignement. La pression plus importante à la base de la cuisse favorise le retour du sang vers le cœur. Posez un sac de glace sur le bandage en regard de la zone douloureuse. Laissez-le en place au moins 20 minutes. Souvenez-vous : quand il fait chaud, votre visage est tout rouge. La chaleur ouvre les vaisseaux. À l’inverse, le froid provoque leur fermeture. La glace permet de réduire le saignement dans le muscle. Pour favoriser l’évacuation du sang vers la circulation générale, levez la jambe. Détendez votre muscle, allongez-vous et posez le pied en hauteur.

Attention ce n’est pas toujours un « claquage » !

Le muscle s’accroche sur l’os. Parfois, lors de sa violente mise en tension, c’est le point d’insertion osseux qui s’arrache. Ce type de fracture survient plus souvent chez l’enfant ou chez l’adolescent. L’os en pleine croissance est encore fragile, il constitue un maillon moins résistant que le muscle. Lors de la préparation du tir, le muscle situé à l’avant de la cuisse est puissamment étiré. Tendu au maximum, il se contracte pour relancer le mouvement et shooter. Alors, il arrive que la zone d’amarrage sur l’os du bassin se brise. Cette véritable fracture nécessite un traitement spécifique.

SanteSportMagazine 22 - les claquages de la cuisse - C29_D6

Faut-il toujours voir un médecin ?

S’il existe des signes de gravité, un avis médical s’impose pour préciser l’ampleur des lésions. Une échographie peut être envisagée. Il faut programmer rapidement un traitement adapté. Même en cas de lésion bénigne certains médicaments de la kinésithérapie et des conseils de reprise progressive se révèlent très utiles.

Comment soigner votre « claquage » ?

Dans un premier temps, il est crucial de poursuivre la lutte contre le saignement. Très vite, la rééducation est instaurée. La contraction douce du muscle débute dès qu’elle ne provoque plus de douleur. Même tout au début du traitement, le travail du muscle est indispensable à sa bonne cicatrisation. Ces mouvements provoquent des variations de pression qui chassent l’hématome. Les étirements favorisent la constitution d’une cicatrice plus souple et plus adaptée à sa fonction. Sans travail du muscle, l’hématome cicatrise comme une croûte fibreuse devenant le maillon raide et cassant au sein de la chaîne musculaire élastique. Vous avez probablement déjà été victime de gerçures sur les lèvres. Une peau rigide et cornée répare la lésion. Un grand sourire et «­crac­» une nouvelle déchirure se constitue. Voilà ce que vous risquez à la reprise du foot si vous traitez vos lésions musculaires par le repos ! Le kinésithérapeute suit la cicatrisation pour augmenter progressivement les contraintes mécaniques. Avant de permettre le retour sur le terrain, il doit imposer au muscle les mêmes contraintes que celles subies lors de la pratique du foot ! Même en cas de rupture complète, une opération chirurgicale reste exceptionnelle. Le muscle déchiqueté est très difficile à suturer. Mieux vaut le laisser cicatriser en s’accrochant au muscle voisin.

Combien de temps serez-vous indisponible ?

Une lésion musculaire sans lésion de la membrane cicatrise en 1 à 2 semaines. Lorsque l’enveloppe musculaire est abîmée, votre absence peut durer 3 à 8 semaines. Mais, souvenez-vous : l’activité musculaire bien dosée s’intègre au traitement. Rapidement, la natation, le vélo puis le jogging sont les bienvenus. Finalement, vous n’arrêtez pas le sport, vous gardez la forme pour retrouver au plus vite votre nom sur la feuille de match !

____________________________________________

Tout entraînement technique doit cesser lorsque la fatigue s’installe !

Vous souhaitez apprendre et assimiler un nouvel exercice. Si vous le répétez jusqu’à épuisement musculaire, le mouvement se déforme ! Très vite votre système nerveux s’entraîne à programmer l’action de muscles compensateurs. Votre cerveau finit par mémoriser un geste défectueux ! Dans le jargon des entraîneurs, vous désapprenez. Finalement le­ bon sens rejoint l’opinion des spécialistes du fonctionnement cérébral. Cette affirmation est à moduler pour les pratiquants de très haut niveau. Quand le geste est parfaitement assimilé depuis des années, le niveau technique optimum est atteint, les schémas moteurs parfaitement inscrits dans le cerveau ! Il peut être utile de réaliser des exercices complexes au-delà de la fatigue. Ainsi, les bons muscles continuent à s’entraîner et progressent, pour tenir jusqu’à la fin du match !

__________________________________

Pour soigner en urgence les lésions musculaires, mettez en place le GREC :

G = glace

R = repos… arrêt de l’activité et position réduisant les tensions musculaires

E = élévation

C = compression